De quels droits ...

Les vôtres ou ceux d'intérêts financiers ?



Depuis plusieurs années, nombre de citoyens, sont les victimes de procédures arbitraires de la législation des
stupéfiants qui bafoue leurs droits naturels et fondamentaux, en s'octroyant le droit de saisie des biens d'autrui,
allant jusqu'à condamner des citoyens sans la présence d'un avocat. Là ou les tribunaux du moyen-âge disposaient d'une défense pour l'accusé...

Mais soyons réalistes, si vous êtes condamnables par des lois injustes, vous avez le droit de pas être d'accord avec leur idéologie et/ou leur objectifs, d'autant plus quand celles-ci violent ce droit.

En effet, la législation des stupéfiants interdit la liberté d'opinion, puisque faire l'éloge ou la représentation d'un
stupéfiant vous condamne, le législateur considère que vous devez avoir et montrer une opinion négative sur les
stupéfiants. Mais ce "diktat" contre la liberté de conscience n'est pas plus acceptable du fait de figurer dans la loi, et soulève la question des droits du législateur sur la conscience de citoyens, qui de droit, sont libres de leurs opinions, comme le rappelle la constitution.

Il n'existe aucune loi ou condamnation qui vous interdise de contester une législation, pas même la législation des
stupéfiants ! Par ailleurs, depuis longtemps, cette législation s'est mutée en une tyrannie judiciaire qui tente de protéger des brevets déposés aux
États-Unis en 1999 (Cannabis) et de nombreuses études (officielles) décrivent cette plante inoffensive et curative de nombreuses pathologies, soit exactement le contraire de la propagande mensongère imposée en France depuis 15 ans.

On l'a bien compris, c'est une escroquerie pour réserver ce commerce aux laboratoires et leurs productions (décret
Touraine pour le Sativex), mais cela ne serait rien si vous n'étiez pas menacés, ni que les condamnés n'aient à payer un tribu (amende, stages, etc.), ni que notre pays ne soit assigné aux trafics mafieux depuis tout ce temps. La liste des conséquences de cette politique est aussi vaste que la violation de nos droits fondamentaux qu'elle perpétue.

Alors pour manifester notre opposition à cette législation, une plainte collective est en cours contre la perception illégale et illégitime, de l'argent et des biens de citoyens accusés par une législation montée sur un mensonge national de santé publique.

Pour la première fois, et vu le constat factuel de la manipulation publique, un groupement de personnes victimes de la justice, constitué en partie civile, décide de déposer une plainte collective.


Procédure explicative de plainte à télécharger  :  Explicatif Procédure_Plainte_Civile.Pdf


Le protocole de dépot de plainte à télécharger ici.




Vous trouverez les détails des risques du dépot de plainte sur le lien de l'association : Anticor

Et la raison pour laquelle vous ne devez pas vous en inquiéter : Peur de porter plainte ?



Juridoc encourage cette initiative pour la cause légitime de s'opposer à une forme d'escroquerie, soutenue par une législation tyrannique et arbitraire qui bafoue les droits du citoyen, car il est un devoir que de défendre les valeurs de liberté, d'égalité, et d'indivisibilité de la République.


Retour
Réalisé avec KompoZer